N°1 . Chien et Covid-19

Image retouchée, photo original by Elias Castillo on Unsplash

Depuis le mois de mars, la France lutte contre l’épidémie grandissante. L’inquiétude gagne nos foyers et le regard des français se tourne peu à peu vers nos animaux de compagnie, et si ?
La question se pose et certains scientifiques nous rassurent, test à l’appuie.

Les faits

HONG KONG le 28 février 2020
L’OMS confirme le cas d’un premier chien à Hong Kong testé faiblement positif au COVID-19
Les scientifiques s’interrogent sur l’infection de l’animal, émettant l’hypothèse que l’animal a pu l’attraper par une surface contaminée et non par transmission. Les prélèvements ciblaient les cavités nasales et buccale du chien, qui ne manifestait aucun symptôme. Sa maîtresse avait été testé le 12 février, positive au test. ( Annoncé par Le Dr Maria Van Kerkhove de l’OMS)

Ce premier cas sera le début d’une inquiétude grandissante sur les réseaux sociaux, où l’information s’amplifie tout en perdant de son contenu et de son contexte. En ces temps de crise rappelons nous à quel point il est vital de faire la chasse à la désinformation afin d’éviter tout comportement immoral comme nous pouvons le constater dans certain pays, où les taux de maltraitance et d’abandon s’accroîent.

Scientifiquement

L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a appelé ses experts à étudier l’hypothèse d’une possible transmission entre l’homme et l’animal, et conclut:

  •  « Le passage du SARS-CoV-2 de l’être humain vers une autre espèce animale semble actuellement peu probable.»

  • « Le virus SARS-CoV-2 se lie à un récepteur cellulaire spécifique, … Même si ce récepteur est identifié chez des espèces animales domestiques et semble capable d’interagir avec le virus humain, et que les études à ce sujet doivent être approfondies, les experts rappellent que la présence du récepteur n’est pas une condition suffisante pour permettre l’infection de ces animaux. »

  • «Si le génome du virus a été détecté dans les cavités nasales et orales d’un chien au contact d’un patient infecté à Hong Kong, la détection du génome n’est pas une preuve suffisante pour conclure à une infection de l’animal. Une contamination passive n’est pas à exclure, notamment du fait de la survie possible du virus sur une muqueuse humide sans nécessairement s’y répliquer.»

A ce jour, aucune preuve ne permet d’affirmer que nos animaux de compagnie peuvent transmettre le virus à l’homme. De plus, Iddex, un laboratoire américain spécialisé dans le controle de la santé animal nous indique que le resultat de nombreux test sur les animaux n’a révélé aucun résultat positif au Covid-19. Cependant n’oublions pas de les protéger lors des promenades extérieures en gardant à l’esprit les mesures de distance social avec des personnes rencontrées. Il est inutile et dangereux de désinfecter les pattes ou tout autres parties du corps de votre chien.

« Nous appelons tous les propriétaires d’animaux de compagnie, tous les Français sensibles à la cause animale à relayer massivement qu’il serait dénué de bon sens et d’humanité d’abandonner son animal pour des fausses rumeurs. Merci à tous de diffuser un maximum cette information cruciale pour éviter que nos animaux de compagnie ne payent un lourd tribut. Soyons juste, tous ensemble, humains ! » Jacques-Charles Fombonne, Président de la SPA.

Des chiens dressés à détecter le Covid-19

L’association Medical Detection Dogs de Londres a annoncé le 20 Mars 2020 travailler sur le dépistage du virus à l’aide du flair des chiens. Cette initiative permettrait d’identifier des personnes asymptomatiques infectés et éviter de futures contaminations.

Dans le passé, les études ont prouvé que les chiens bénéficient de récepteurs olfactifs 10.000 fois plus puissant que celui des humains. Cet odorat hors norme est de plus en plus utilisé, il est capable de détecter des explosifs, des stupéfiants mais aussi des infections bactériennes, la maladie de Parkinson et plus généralement le cancer.

« L’objectif est que les chiens puissent dépister n’importe qui, y compris ceux qui ne présentent pas de symptôme et nous dire s’ils doivent être testés »

L’objectif, préparer les chiens pour la fin de l’épidémie pour maîtriser et prévenir la réapparition du virus.

«Nous savons que d’autres maladies respiratoires comme COVID-19 modifient notre odeur corporelle, il y a donc de très fortes chances que les chiens soient capables de la détecter. Ce nouvel outil de diagnostic pourrait révolutionner notre réponse au COVID-19 à court terme, mais surtout dans les mois à venir, et pourrait avoir un impact profond. »

Si en théorie, tous les scientifiques s’accordent sur la réussite d’un tel projet, il reste un problème de taille à résoudre. Capturer « l’odeur » du Covid-19 et pouvoir la présenter au chien en toute sécurité reste une énigme que l’équipe du Medical Detection Dogs avec l’aide de la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM) et l’université de Durham. s’efforcent de résoudre.

( Cette article sera au besoin mis à jour en fonction des dernières informations émises afin qu’il vous informe au mieux.)

Article de l’ANSES sur la transmission du Covid-19
FAQ de l’OMS sur les questions autours du Covid-19
Rapport Iddex des résultat du Covid 19 sur les animaux
Article du Medical Detection Dogs
Article de la SPA à partager massivement

Un commentaire sur “N°1 . Chien et Covid-19

  1. et même si c’était vrai… Je n’abandonnerais pas mon fils s’il était malade, mon chien fait partie de la famille et je ne l’abandonnerais pas pour ça non plus! Les gens ont toujours de si bonnes raisons pour abandonner leur animal…. mais pas que…

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :